Découvrez le riad, un hébergement marocain typique

0
18

À côté des infrastructures d’hébergement touristiques modernes, les riads s’affichent aujourd’hui comme des alternatives originales pour se loger lors d’un séjour au Maroc. Faites connaissance avec l’un des symboles de l’architecture marocaine.

Un témoin de l’histoire et de la culture marocaine

Le riad fait partie des modèles de logements traditionnels du Maroc. Son nom est tiré de l’arabe et signifie jardin. Il servait surtout de résidences aux riches commerçants, aux familles de la haute société, aux courtisans. Son architecture est un mélange savant de styles arabo-andalou, maure, persan et romain.

Les riads étaient bâtis au sein des médinas, les cités fortifiées où se trouvaient également les palais des sultans et les grandes mosquées. Ils ont connu leurs heures de gloire avec les Almoravides et Saadiens, bien que les premières esquisses de ce type de construction soient inspirées de la cité romaine de Volubilis créée à l’époque de la dynastie des Idrissides. Au fil des siècles, les modèles ont évolué en fonction des courants architecturaux en vogue.

Que trouve-t-on dans le riad ?

Le riad est une construction fermée, élaborée autour d’une cour centrale. Il est tourné vers l’intérieur avec de hauts murs destinés à protéger les occupants des ventes et des caprices de la météo.  Il peut avoir un à quatre étages où sont aménagés les chambres et les appartements privatifs (mais la plupart en comprend deux). Les pièces pratiques comme les cuisines et les salles à manger se situent au rez-de-chaussée.

Dans le patio, en fonction de sa superficie, se trouvent généralement une fontaine, un bassin ornemental, un jardin avec des plantes ornementales et des arbres fruitiers (surtout des agrumes). Son agencement rappelle les oasis, les jardins persans ou islamiques. La lumière, le vent, la chaleur sont gérés par un système de couverture rétractable du puits (auvent, toile, etc.).

Les murs et les piliers sont décorés de carrelages, de zellige, de mosaïques et de citations tirées du Coran. Les immenses portes d’entrée sont en bois sculpté. Le toit en terrasse peut inclure un solarium ou un autre jardin aménagé d’où l’on peut contempler les toits de la cité.

Une nouvelle vie grâce au tourisme

Après les périodes fastes des dynasties marocaines, les riads ont été peu à peu abandonnés, la majorité est tombée en ruines. Cependant, avec les campagnes de rénovation dans les grandes cités comme Marrakech, Essaouira, Fès, ou Casablanca, le riad Taroudan a retrouvé sa place dans l’architecture marocaine.

Bon nombre d’entre eux ont bénéficié d’opérations de restauration et ont été transformés en musées, infrastructures d’hébergement touristiques, restaurants de luxe. Certains abritent désormais des centres de bien-être avec hammams, saunas, etc.